Activité: Portaits de famille 

Amélie Chapais et Edouard Barnard
 La Maison Chapais vous propose de faire découvrir votre famille au Kamouraska! Faites-nous parvenir une photo ancienne de votre famille (avant 1950) ainsi qu'une courte histoire réelle ou fictive étant en lien avec la photo où avec les éléments de celle-ci. 

Nous vous invitons ensuite à nos expédier votre texte et la photographie l’accompagnant par courriel à l’adresse direction@maisonchapais.com ou par courrier au 2, route 132 Est, Saint-Denis-De La Bouteillerie, Québec, G0L 2R0. En plus d'avoir la chance de voir votre histoire publiée sur la page de la Maison Chapais, vous serez éligible à un concours où les gagnants se mériteront un prix qui sera remis lors des Fêtes de Noël au cœur du Kamouraska. Bonne chance à tous!





Exemple des étudiants en théâtre pour la photo de Amélie Chapais:

Léopoldine : Cela dérangerait mademoiselle que je lui tienne compagnie?

Amélie : Non Léopoldine, c’est bon. Les jardins sont bien assez grands pour nous deux…

Léopoldine : (Préoccupée) Votre père est toujours de bonne humeur quand il y a des fleurs dans la maison. Il est si peu exigent… pourquoi le décevoir?

Amélie : (Se tournant vers Léopoldine) Qu’est-ce que vous insinuez?

Léopoldine : (Nerveuse) C’est que je suis terriblement mal-à-l’aise de devoir… (Elle regarde à gauche et à droite, puis continue en chuchotant :) …de devoir lui cacher votre désobéissance!

Amélie : De quoi parles-tu?

Léopoldine : Hier soir, mademoiselle, je vous ai vue sortir pas la porte de derrière!

Amélie : (Affolée) Quoi? Mais tu n’étais pas censée… (À voix basse, comme pour elle-même) …j’ai attendu que toutes les lampes à l’huile soient éteintes avant de m’enfuir…

Léopoldine : Vous êtes allée rejoindre Edouard, c’est ça? Ma demoiselle, votre père vous l’avait interdit!

Amélie : Père n’aime pas Edouard parce qu’il le trouve trop vieux! Ça ne me suffit pas! Je l’aime…

Léopoldine : Tss-tss… tss! Cet Edouard vous entraîne dans la débauche! Il vous a incité à vous enfuir au beau milieu de la nuit!

Amélie : Depuis quand aimer est un crime? Et puis, la maison de mon père ne sera bientôt plus la mienne…

Léopoldine : (Plaçant ses mains sur son cœur, étonnée) Après tout ce que votre père a fait pour vous, c’est ainsi que vous le remerciez? N’avez-vous pas honte? (Devenant menaçante) Je suis désolée, mais vous l’avez cherché!

Amélie : Je n’irais pas me vendre, si j’étais toi. Mon père sera tellement déçu…

Léopoldine : C’est votre problème, mademoiselle. Pas mes oignons, pas mes affaires!

Amélie : Je te parle d’Émile, Léopoldine… (La bonne fige, nerveuse) Tu sais, le beau Émile du village… Que faisais-tu hier soir lorsque tu m’as aperçue sortir par l’arrière? Debout à une heure pareille… Tu sortais toi aussi?

Léopoldine : (Nerveuse) Je… mademoiselle, je…
Amélie : Voilà ce que nous allons faire : je ne dirai rien à mon père pour ton aventure, mais de ton côté…

Léopoldine : Je ne dirai rien pour Edouard, promis mademoiselle!

Amélie : Non seulement cela, mais tu vas intercéder en ma faveur!

Léopoldine : (Avec hésitation) Je ne suis pas sûre de vous suivre…

Amélie : Tu vas m’aider à convaincre mon père qu’Edouard est l’homme qu’il me faut! Il t’a en confiance, cela pourrait fonctionner…

Léopoldine : Mais, mademoiselle…

Amélie : (La coupant) C’est un plaisir de faire affaire avec toi! (Un temps) Et si j’étais toi… je prendrais des cœur-de-lions pour ce soir. Mon père les préfère aux marguerites. Pour qu’il soit d’humeur meilleure…
 
Maison des Chapais
Maison des chapais
Haut de page